Appelez-nous ! (418) 842.9670

Nous vous proposons une liste des questions les plus fréquemment rencontrées dans notre travail.  Advenant que vous ne trouviez pas de réponses à vos questions, prenez la peine de nous écrire à l'aide du formulaire ou de nous téléphoner.

Absence et retard

Vous avez la responsabilité de nous informer de toute ABSENCE à un rendez-vous AU MOINS 12 HR À L’AVANCE. Ce délai écoulé, un montant de 30 $ vous sera facturé si vous ne vous présentez pas à votre rendez-vous. Si vous arrivez en retard à un rendez-vous, le temps perdu n’est pas repris. Nous avons généralement plusieurs personnes sur notre liste d’attente, alors pensez aux personnes qui ont besoin de soins comme vous et qui souffrent en attentant d’avoir un rendez-vous. Appelez-nous en tout temps, même à la dernière heure. AU MOINS 12 HR À L’AVANCE .

Est-ce qu'une personne peut m'accompagner ?

Oui. En tout temps, vous pouvez avoir une personne qui vous accompagne durant vos traitements. N’hésitez pas à faire savoir à votre thérapeute si les traitements vous rendent mal à l’aise, que vous ne comprenez pas le traitement ou que vous n’êtes pas d’accord avec le traitement. Si vous ne vous sentez pas à l’aise, vous pouvez interrompre le traitement en tout temps. Si vous avez des questions, votre thérapeute se fera un plaisir d’y répondre. Advenant un manque de temps, il vous proposera de communiquer avec vous pour répondre à vos questions, sinon demandez-lui. Votre santé vous concerne, soyez-en responsable, vous faites partie de la solution. Chez les jeunes de 14 ans et moins, la présence du parent est préférable, sinon obligatoire.

Lever une charge jambe tendues ou fléchiss.

Il y a une certaine unanimité pour dire qu'il est préférable de soulever une charge en prenant le temps de plier les genoux et de garder cette charge le plus proche de nous pour la soulever. Mais ce qui est encore plus important, c'est d'éviter de soulever une charge en effectuant un mouvement de torsion du corps. Ainsi quand vous devez soulever une charge se trouvant sur le côté, à votre droite par exemple, prenez le temps de tourner au moins 1 pied dans sa direction, plier le genou de ce côté, soulever la charge près de vous et revenez dans votre position de départ. S'il est vrai que la flexion du corps, jambe tendues, est nuisible, dites-vous bien qu'avec un mouvement de torsion du tronc, c'est nettement plus pire.

Réaction possible après un traitement ?

Avant d’entreprendre votre traitement, votre thérapeute aura procédé à votre évaluation. Les renseignements, complets et exacts, que vous êtes appelés à fournir à votre thérapeute sont de grande importance pour déterminer le bon traitement. Ces informations sont confidentielles. Un bon traitement est avant tout un travail d’équipe ! Malgré toutes les précautions qu’on applique lors de l’évaluation et du traitement, il peut y avoir certains incidents reliés à ceux-ci. Le risque 0 n’existe pas. Pour une personne en bonne santé, le risque d’un accident majeur est 1 chance / plus de 5,7 millions d’ajustement. Ces incidents peuvent varier de légers à sévères : • Aggravation légère à modérée des symptômes pendant 24-48 heures. Si les symptômes sont intenses, inhabituels ou durent plus longtemps que prévu, communiquez avec votre thérapeute. • Irritation, ecchymose ou une légère brûlure suite aux techniques de massage, thermothérapie ou électrothérapie. Une brûlure par la thermothérapie ou le laser peuvent laisser une cicatrice permanente. • Élongation musculaire ou ligamentaire qui guérira rapidement avec un traitement approprié. • Fracture d’une côte qui guérit généralement d’elle-même avec du repos pendant 5-6 semaines. Pour diminuer les risques, il est important de nous informer de toutes conditions fragilisant les os : arthrite, ostéopénie, ostéoporose, cancer, etc. • Blessure ou aggravation d’un problème discal. Les ajustements et mobilisations ne causent pas de dommages aux disques en santé et participent jusqu’à une certaine limite à la réparation d’un disque endommagé. Le traitement pourrait toutefois aggraver un problème préexistant, au même titre que toute autre activité de la vie quotidienne. Même si cela est très variable d’une personne à l’autre, cela peut inclure une perte de mobilité temporaire du dos ou du cou, des engourdissements, des troubles de la fonction digestive ou des troubles moteurs des membres. Dans de rare cas, une aggravation majeure peut survenir et nécessiter une intervention chirurgicale. • Accident vasculaire cérébral (AVC). Bien que les données médicales et scientifiques actuelles ne permettent pas d’établir qu’un ajustement du cou puisse causer des dommages à une artère ou un AVC, il arrive en de rare cas, qu’en présence d’une pathologie artérielle, qu’un ajustement ou une mobilisation du cou puisse aggraver la situation. Une personne en bonne santé à peu de chance de faire un AVC, cependant il existe un nombre de facteurs qui augmentent les risques d'un AVC :

Symptômes d'un Accident vasculaire cérébral ?

Les principaux signes précurseurs d'un AVC sont les suivants, et sont généralement d’apparition très rapide, elles se résume par une perte d'une fonction : • Perte de force et picotement soudain au niveau du visage, du bras ou d’une jambe et/ou ; • Perte soudaine de la vue, de la parole ou difficultés de compréhension ou d’élocution et/ou ; • Maux de tête intenses, soudains et inhabituels sous forme de poignard, hache et/ou ; • Perte d'équilibre ou chute soudaine.

Quoi faire devant une personne avec un AVC ?

Si vous ou un proche éprouvez un de ces symptômes, ne prenez pas de chance et composez le 9-1-1. L’apport rapide d’oxygène et la prise d’un médicament adéquat peut réduire considérablement les conséquences d'un AVC. En présence d’une telle condition, aucun thérapeute ne doit traiter le cou, de la personne atteinte, avec des mouvements de torsion, par ajustement ou mobilisation, sans certitude de l’absence d’un AVC. Les principaux signes précurseurs d'un AVC sont les suivants, et sont généralement d’apparition rapide :  Perte de force et picotement soudain au niveau du visage, du bras ou d’une jambe et/ou ;  Perte soudaine de la vue, de la parole ou difficultés de compréhension ou d’élocution et/ou ;  Maux de tête intenses, soudains et inhabituels sous forme de poignard, hache et/ou ;  Perte d'équilibre ou chute soudaine. Principaux facteurs augmentant les risques :  Augmentation de la coagulation  Haute pression artérielle non contrôlée  Traumatisme et blessure à la tête récents  Douleur chronique au cou  Anxiété chronique  Maux de tête inhabituels  Diabète  Antécédents familiaux d’accident vasculaire  Fumeur de plus de 24 cigarettes / jours  3 consommations d’alcool par jour et plus  Moins de 5 fruits et légumes par jour  Sclérose vasculaire (athérosclérose)  Utilisation régulière d’aspirine ou d’ibuprofène  Utilisation d’anticoagulants  Obésité et manque d’exercices  Anovulant

Durée / temps d'une séance

Le premier traitement peut durer de 15 à 60 minutes, parfois plus, selon votre condition et le plan de traitement élaboré par votre thérapeute. IL est possible que votre thérapeute vous donne des exercices dès la 1ère séance, mais habituellement il va attendre 2-3 séances afin de s’assurer que le traitement est efficace.

Durée / nombre de séance

Tous les thérapeutes de la clinique ont comme principe de donner leur meilleur afin de prodiguer le moins de séance de traitement. Habituellement on élimine les symptômes en moins de 5 séances, cependant le nombre de séance est fonction de nombreuses variables ce qui fait augmenter ou diminuer le nombre de séance. : . votre condition physique, biologique et émotive, . vos pathologies adjacentes, . votre environnement familial, travail, social, . votre histoire de cas ancien et récent, . le type de thérapie choisi et l'expérience de votre thérapeute, . Votre diagnostique, . votre implication aux traitements et au suivi des traitements, . etc...